Projets de recherche

Abreuvoirs pour abeilles: un moyen de mitiger le danger des contaminants agricoles accumulés dans les flaques d'eau? (14-AP-246) 2014 - 2015


Responsable du projet
Description
Objectifs du projet
  • Tester la préférence en eau des abeilles;
  • Développer un dispositif d'abreuvoir apicole fonctionnel;
  • Déterminer si l'ajout d'abreuvoirs réduit le taux de mortalité d'abeilles et améliore la productivité des colonies en grandes cultures (Volet 1) et dans la culture de la canneberge (Volet 2);
  • Évaluer, sur le terrain, le taux d'utilisation des abreuvoirs par l'abeille domestique et les autres pollinisateurs.

Résumé
Les intrants agricoles, tels les pesticides, adjuvants et fertilisants, sont considérablement employés dans les régions où l'agriculture est pratiquée de manière intensive. Plusieurs de ces intrant se retrouvent dans l'eau de surface et deviennent accessibles aux abeilles lorsqu'elles s'en abreuvent. L'objectif principal de cette étude est de déterminer si l'ajout d'abreuvoirs artificiels permet de réduire l'exposition des abeilles aux sources d'eau contaminées et ainsi, diminuer leur taux de mortalité. Les résultats démontrent que les abreuvoirs sont rapidement adoptés par les abeilles et font l'objet d'une utilisation soutenue pendant toute la saison, particulièrement lors de la pollinisation de la canneberge. Le niveau de mortalité des abeilles et le poids moyen des colonies ne semblent pas être affectés par l'ajout d'abreuvoirs. Cependant, les variations saisonnières semblent influencer les bénéfices des abreuvoirs, qui sont principalement quantifiables lors des années de faible pluie ou de précipitations peu fréquentes. Les analyses de résidus de pesticides effectuées confirment que l'eau du milieu agricole est contaminée par une vaste gamme d'intrants agricoles, dont les insecticides néonicotinoïdes. De plus, la concentration de néonicotonoïdes augmente au cours de l'été représentant un risque plus important à un moment où l'approvisionnement en eau des pollinisateurs est le plus crucial. Somme toute, les abreuvoirs représentent une source d'eau alternative exempte de contaminants agricoles et plus sécuritaire (moins de noyade). Nous recommandons l'ajout d'abreuvoirs comme pratique apicole. L'abreuvoir idéal est de type volaille (20 L), mais un contenant rempli d'eau, avec l'ajout d'éléments flottant, fait aussi bien l'affaire, et ce, à plus faible coût.

Retombées attendues
L'ajout d'une source d'eau artificielle permet une économie d'énergie importante aux colonies, puisque les ouvrières n'ont plus à rechercher activement des points d'eau, ni à voyager de longues distances pour transporter cette eau à la ruche. De plus, lorsque la température à l'intérieur de la ruche devient trop élevée, particulièrement pendant les journées très chaudes d'été, les activités de butinage (nectar et pollen) s'interrompent et les ouvrières s'activent uniquement à collecter de l'eau. Une source d'eau à proximité assure donc une reprise des activités de butinage et favorise donc une meilleure production de miel et des services de pollinisation accrus. De plus, la conception de l'abreuvoir diminue les risques de noyage pour l'abeille.

Communications et publications
  • Deux articles de vulgarisation (printemps 2015 et printemps 2016) publiés dans la revue "L'Abeille", par la Fédération des apiculteurs du Québec.
  • Des communications scientifiques ont été présentées lors de la "Journée d'information apicole" de la FAQ (22 novembre 2014), de la rencontre annuelle de l'Association canadienne des professionnels de l'apiculture (CAPA; 2 décembre 2015), de la rencontre annuelle des apiculteurs de l'Alberta (9 février 2016), de l'Assemblées générale annuelle du Syndicat des apiculteurs du Québec (13 février 2016), ainsi que lors du Colloque apiculture (CRAAQ; 27 février 2016).
  • Diffusion des résultats sur Agri-Réseau.
Autres



Retour