Projets de recherche

Évaluation du confort et de la boiterie des vaches laitières en stabulation entravée (11-BL-214) 2011 - 2012


Responsable du projet
Description
L’objectif était d’augmenter les connaissances sur le lien entre le confort des vaches et leur longévité dans les fermes en stabulation entravée. Dans cette optique, le développement de mesures fiables et répétables, pour vérifier l’impact de la stabulation entravée sur le confort des vaches a été mise au point afin de fournir des outils valides pour l’évaluation en ferme. De plus, les facteurs de risque associés au confort (temps de repos) des vaches, le lien entre le confort et la prévalence des boiteries sur la ferme en stabulation entravée, les pratiques d’élevage favorisant une longévité élevée et les facteurs facilitant et freinant l’adoption des pratiques de confort en ferme ont été déterminés. Comme le temps passé en position couchée (temps de repos) a été suggéré comme variable clef pour mesurer le confort des vaches, des accéléromètres avec enregistreurs automatiques ont été installés sur le membre antérieur de 96 vaches Holstein en stabulation entravée. Les enregistreurs étaient utilisés pendant 10 jours consécutifs chez des vaches de 3 stades de lactation (10-40 JEL; 100-140 JEL, et 200-240 JEL). En outre, des données sur le temps de repos, le niveau de propreté et de blessures des vaches, la boiterie, la dimension et la conception des stalles et le gabarit des vaches ont été recueillies sur 100 fermes entravées (60 au Québec et 40 en Ontario). La formation des étudiants nécessaire à la prise de ces données sur les fermes québécoises a été réalisée en bonne partie au CRSAD. Un questionnaire sur l’adoption de pratiques favorables au confort a été soumis aux producteurs. Sur les 3 885 vaches étudiées, 58,5 % ont passé plus de 12 h par jour couchées, 27,4 % entre 10 h et 12 h par jour, et 14,1 % moins de 10 h par jour. La durée totale de repos était de 12,4 h par jour avec 11,3 changements de position par jour. Les résultats montrent un taux plus élevé de vaches boiteuses, de blessures aux jarrets, aux genoux et au cou dans les fermes québécoises à stabulation entravée comparativement aux fermes ontariennes et même aux fermes québécoises à stabulation libre. Toutefois, les vaches des fermes québécoises sont, en moyenne, plus propres que celles des fermes ontariennes. Le type de stalles n’a pas eu d’impact sur le temps de repos ni sur le nombre de changements de position de la vache. Par contre, par rapport aux stalles sans barre d’attache, celles avec barre d’attache favorisent les blessures au cou et aux jarrets en plus d’augmenter le pointage pour la boiterie. De plus, pour augmenter le temps de repos des vaches, il a été reconnu essentiel d’assurer une largeur et une longueur de stalles conformes combinées à une gestion adéquate des stalles. Pour la barre d’attache, une position plus avancée semble plus importante que la hauteur pour assurer un temps de repos élevé et diminuer les blessures au cou et aux genoux. À cet effet, il y aurait même lieu, de revoir la norme sur la hauteur des barres d’attache puisqu’on constate que la majorité des stalles, tant au Québec qu’en Ontario, ne rencontrent pas les recommandations du code de bonnes pratiques canadien. Pour permettre l’évaluation des boiteries à la stalle, la méthode Leach et al. (2009) basée sur quatre comportements a été adaptée et validée. Pour ce faire, les 320 vaches de neuf troupeaux en stabulation entravée (dont celui du CRSAD) ont été évaluées pour la présence de boiterie selon la démarche et en stalles. Globalement, cette étude a permis de confirmer que l’évaluation de la boiterie en stalle était équivalente à celle selon la démarche et qu’il n’était donc pas nécessaire que les vaches soient détachées pour être évaluées. Pour ce qui est de la prévalence des boiteries, on observe qu’une largeur trop faible des stalles et une position trop reculée de la barre d’attache sont des facteurs de risque important des boiteries en stabulation entravée.
APPLICATION POSSIBLE POUR L’INDUSTRIE
Ce projet a permis d’informer les producteurs et les intervenants de la situation du confort et du bien-être des vaches dans les stabulations entravées au Québec et en Ontario. Les outils pour évaluer le confort des vaches qui ont été développés et validés seront fort utiles pour les producteurs et les conseillers du secteur laitier. D’ailleurs, il ressort que la présence et le soutien des conseillers est un facteur déterminant dans l’adoption de nouvelles pratiques favorisant le confort. Au Québec, les vétérinaires et les conseillers Valacta ont été identifiés comme les principales ressources d’influence dans l’adoption de bonnes pratiques en lien avec le confort.
Autres
Partenaires: FQRNT-Novalait-MAPAQ-AAC, Valacta, PLC, Université Laval



Retour