Recherche

Impact de la nutrition lipidique sur la fertilité des vaches laitières (1617-BL-292) 2016 - 2017


Responsable du projet
Description
Objectif du projet

  • Examiner les effets de l'ajout d'un supplément lipidique enrichi en acide palmitique (16:0) ou en acide palmitoléique (16:1 cis-9) à la ration de la vache laitière haute productrice en début de lactation (période de bilan énergétique négatif) sur la qualité des ovocytes et le développement embryonnaire.
  • Déterminer l'effet d'un supplément lipidique enrichi en acide palmitique ou en acide gras du liquide folliculaire et des classes de lipides plasmatiques.
  • Évaluer l'efficacité de transfert de l'acide palmitoléique de la ration dans les différentes classes de lipides plasmatiques et dans la matière grasse laitière.


Résumé du projet

L'hypothèse proposée dans le cadre de ce projet est qu'en augmentant les teneurs en acides gras monoinsaturés, particulièrement l'acide palmitoléique du liquide folliculaire et ce, par l'intermédiaire d'une supplémentation alimentaire en cet acide gras, la qualité des ovocytes et la fertilité des vaches laitières sont améliorées. Le protocole fait intervenir 24 vaches en fin de gestation  dans un plan en bloc complet (12 blocs x 2 vaches/bloc). De ce nombre, 12 vaches recevront 200 g d'huile d'argousier, source d'acide palmitoléique (C16:1 cis-9) pendant 91 jours, soit 21 jours avant le vêlage, moment où l'insémination artificielle est habituellement pratiquée. L'autre groupe recevra 200 g de Palmit 80, source d'acide palmitique (C16:0), le penchant "saturé" de l'acide palmitoléique (Palmit 80, C16:0; témoin). Le traitement témoin sera déposé directement dans le rumen par le biais de la fistule, alors que le supplément d'acide palmitoléique sera administré dans l'abomasum à l'aide d'un dispositif de perfusion intra-abomasale qui permet la protection des acides gras insaturés contre le processus de biohydrogénation ruminale. Après l'administration des suppléments lipidiques, différents paramètres associés à la fertilité des animaux seront évalués pour comparer l'effet des deux suppléments (huile d'argousier vs acide palmitique). Sept jours après la parturition, un suivi du poids et de la matière sèche ingéré sera aussi réalisé. Au jour 26 ± 4, les oestrus des deux vaches d'un même bloc seront synchronisés. Quatorze jours plus tard, les ovocytes seront récoltés par un vétérinaire spécialisé. Cette procédure sera répétée au jour 51 ± 4. Aussi, au moment des récoltes d'ovocytes, la production laitière sera mesurée et des échantillons de lait seront recueillis afin d'en analyser la teneur en gras, en protéines, en lactose et en cellules somatiques. À journée précédant le début des traitements, ainsi qu'à chacune des récoltes d'ovocytes, 15 ml des sang de la veine/artère caudale seront prélevés pour déterminer le statut énergétique de l'animal (acides gras non-estérifiés, ß-OH-butyrate et glucose).

Retombées attendues

Cette collaboration internationale et intersectorielle permettra l'utilisation de techniques de pointe et la collecte d'échantillons et de données qui ne seraient autrement pas disponibles. De plus, cette collaboration permettre de conduire des recherches inter-espèces (humains, bovins laitiers), générant une base de données originales et non-conventionnelles qui permettra de repousser le niveau de connaissances et ainsi permettra des interventions plus appropriées pour contrer l'infertilité chez la femme et chez la vache laitière haute-productrice. Dans ce projet, l'huile d'argousier est perçue comme une ressource alimentaire alternative qui pourrait, si l'hypothèse se vérifie, contribuer à réduire les problèmes d'infertilité rencontrés sous certaines conditions.



Retour