Recherche

Amélioration du statut sanitaire antioxydant de la vache et de la santé humaine en utilisant du fourrage riche en sélénium (10-BL-183) 2010 - 2012


Responsable du projet
Équipe
Description
La fertilisation avec le sélénium (Se) améliore la concentration des fourrages en Se, mais aucune donnée sur l'impact de cette pratique sur les vaches en lactation n'est disponible. Cette étude visait à déterminer l'impact du fourrage enrichi en sélénium sur les performances des vaches laitières. Des ensilages riches en Se (1,5 ppm) ont été produits en fertilisant le quart des champs avec 2,5 kg/ha de Selcote Ultra (1 % Se, pds/pds). Les ensilages faibles en Se (0,06 ppm) ont été récoltés dans les zones restantes. Trente-trois vaches Holstein primipares en milieu et en fin de lactation ont été utilisées dans un dispositif en blocs aléatoires. Chaque bloc de vaches entrait dans l'expérience lorsque suffisamment d'animaux avec des jours en lait similaires étaient disponibles.

Une phase de déplétion en Se a été réalisée pendant 77 jours en moyenne. Les vaches ont ensuite été réparties de façon aléatoire pendant 42 jours et ont reçu l'un des traitements suivants:
CTRL: Ensilage faible en Se sans supplément;
ISe: Ensilage faible en Se avec supplément organique (Sel-Plex);
OSe: Ensilage faible en Se avec supplément organique (Sel-Plex);
FSe: Ensilage riche en Se sans supplément. 
La ration a été données sous forme de RTM ad libitum. Des contrastes pré-planifiés ont été testés:
1: CTRL vs ration supplémentée en Se;
2: ISe vs OSe et FSe;
3 OSe vs FSe.
La ration du groupe CTRL (0,12 ppm) avait une plus faible concentration en Se (P<0,001) que celle du ISe (0,70 ppm), OSe (0,79 ppm et FSe (0,80 ppm), ce dernier ne différait pas statistiquement en concentration. Aucun effet de traitement n'a été observé sur la consommation volontaire de matière sèche, la production laitière, le lait corrigé pour l'énergie ou le gras et la concentration de gras et de lactose. La concentration en protéines était plus faible (P=0,01) chez les vaches nourries avec ISe (3,44 %) que celles nourries avec OSe (3,58 %) et FSe (3,51 %), mais leur rendements totaux en protéines de lait étaient similaires. Un niveau plus élevé de CCS a été observé chez les vaches du CTRL que celles des rations supplémentées (P=0,05), indépendamment de la forme de Se supplémentée. L'activité de la glutathion peroxydase était semblable entre les traitements. La digestibilité apparente du Se était similaire chez les vaches du CTRL (42,5 % de la consommation) et chez les vaches recevant les différentes rations supplémentées, mais elle était plus faible (P=0,04) chez les vaches recevant la ration ISe (38,6 %) que celle recevant OSe (42,2 %) et FSe (49,8 %). La digestibilité apparente du Se avait tendance (P=0,07) à être plus élevée chez les vaches nourries au FSe que les vaches supplémentées avec du OSe. La fertilisation des fourrages en Se est un moyen efficace de fournir les besoins en Se pour les vaches laitières.
Autres
Partenaires: PLC, CRSNG, Université Laval, Université de Montréal



Retour