Recherche

Mesure et évaluation des émissions de gaz et d'odeurs issus de différentes stratégies de gestion des déjections en production d'oeufs de consommation (175-2009) 2009 - 2010


Responsable du projet
Description
Résumé: L'objectif du projet était de doter les intervenants en production d'œufs de consommation d'une source d'information fiable leur permettant de connaître l'impact du mode de gestion des déjections sur les émissions de gaz (NH3, CO2, CH4 et N2O) et d'odeurs. Durant deux élevages de huit semaines chacun, trois systèmes de gestion des déjections (liquide, solide et sèche) ont été étudiés dans les douze chambres (trente poules par chambre) du laboratoire BABE de l'IRDA situé sur le site du CRSAD. Le fumier produit par ces deux élevages a été entreposé dans des réservoirs durant une année. Les résultats ont démontré que, comparée à la gestion liquide, les gestion solide et la gestion sèche ont entraîné une réduction des émissions de plus de 90 % pour le NH3, de 16 % pour le CH4, de 9 % pour le N2O et de 40 % pour les odeurs du bâtiment. L'échantillonnage de l'air dans les bacs d'entreposage a démontré que les conditions anaérobies liées à al gestion liquide favorisent les émissions de CH4, alors que les conditions aérobies prévalant en gestions solide et sèche engendrent le double des émissions de composés azotés (NH-3 et N2O). Une approche du type analyse du cycle  de vie a ensuit été utilisée pour comparer les émissions de NH3 et de GES produites par ces trois scénarios de gestion des fumiers pour une ferme-type de 30 000 poules et pour l'ensemble des émissions produites par le poulailler, l'entreposage des déjections et la production des cultures. Les émissions totales de GES des trois scénarios étudiés (liquide, solide et sèche) sont respectivement de 455, 435 et 433 t CO2 e/an et les émissions de NH3, de 24,7, 14,6 et 14,2 t/an. L'analyse a permis de constater que plus de la moitié des émissions de GES sont produites  lors des opérations culturales. Également, la différence entre les émissions totales de NH3 des trois scénarios de gestion est le résultat d'une gestion liquide qui en émet dix fois plus au bâtiment que les gestions solide et sèche.
Autres
Partenaires de recherche et de financement: IRDA, CDAQ, FPOCQ et MAPAQ



Retour